in

Tribune de Nicolas Pernikoff (La nouvelle, TPMP) concernant Cyril Hanouna et le Grand Débat

Nicolas Pernikoff est le patron d’une société de communication « La nouvelle » qui réunit les agences Aristophane, Because, CBecause TV, Five et NoSite mais il est connu du grand public grâce à ses participations dans Touche pas à mon poste animée par Cyril Hanouna. Nicolas Perniokoff a voulu donner son sentiment sur l’émission Balance ton poste spéciale Grand Débat, dans une tribune que nous vous proposons de lire ci-dessous.

Le président Emmanuel Macron a-t-il besoin de Cyril Hanouna pour animer le grand débat national auquel il a invité toutes les françaises et tous les français ?

La question peut faire rire.

Pourtant, , malgré les polémiques, le succès de l’émission spéciale « débat national » proposée par l’animateur phare de C8, en compagnie de Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, prouve que Cyril Hanouna est prescripteur ; la plupart des Français qui constituent son public sont éloignés de la politique – particulièrement les plus jeunes ; et, il est important que chacun d’eux s’engagent dans ce débat.

Alors, quelles leçons peut-on tirer de ce rendez-vous télévisé plébiscité ?

D’abord, que c’est une belle leçon de communication pour parler au plus grand nombre.

Mais pas seulement.

Cyril Hanouna montre que les frontières entre les genres télévisuels, radiophoniques, tendent à disparaitre ; une volonté d’hybridation revendiquée par le public. Désormais, pour le téléspectateur, divertissement et politique ne s’opposent plus ; ce qui est essentiel pour lui, c’est l’histoire ; le récit livré.

L’autre point important concerne la télévision, elle-même. A tous ceux qui, depuis de nombreuses années, prédisent sa fin prochaine (« la fin de la télévision », Jean-Louis Missika, 2006), il semble que la vieille dame n’ait pas l’intention d’abdiquer.

Dans un monde où l’attention est un bien précieux, difficile à capter, la télévision reste un média massivement regardé, attentivement écouté.

Pour autant, le succès de Cyril Hanouna ne tient pas seulement à sa seule médiatisation télévisuelle. Sur les réseaux sociaux, l’homme est très actif : il rassemble, fédère. Cette conversation quotidienne, fidèle, avec ses « fanzounes » joue un rôle fondamental dans l’univers de l’animateur.

Pour Cyril Hanouna, les réseaux sociaux sont des outils de promotion formidables ; pour lui et pour ses émissions ; un espace d’échange privilégié avec ses fans. Là où la télévision reste un outil de fidélisation.

Dernier élément déterminant, à mon sens, qui fonde une réflexion personnelle plus large sur la communication : nous sommes entrés dans l’ère de l’empathie.
Il faut prendre en compte les besoins et les aspirations de son audience : qu’elles soient émotionnelles ou sociétales. Il faut se « mettre à la place » de celles et ceux qui nous font face.

La défiance des téléspectateurs à l’encontre des experts et des technocrates est grande ; parce que ceux qui constituent ces publics sont désormais plus éduqués, plus méfiants, plus experts, plus indépendants.

Cyril Hanouna par son attitude empathique tisse des liens directs avec « les gens ».

A sa manière, et malgré les réactions, il aide le gouvernement à rendre le débat en cours plus audible.

Nicolas Pernikoff / CEO – La nouvelle

La nouvelle/. est une agence d’un nouveau genre, issue de la télévision, de l’éditorial, de la publicité et du social média. C’est une agence libre qui croit au mélange des cultures et des expertises. Qui croit à l’importance du récit. Qui donne les moyens aux marques de surprendre tous les jours, pour capter l’attention à l’ère du « tout contenu ». Experts du contenu, de la marque et des médias mais aussi artistes, influenceurs, réalisateurs, ce sont 80 collaborateurs qui évoluent dans une organisation horizontale.

Voici la date de sortie et les premières images d’Osmosis, la nouvelle série originale Netflix française

NRJ offre des places pour assister au concert de Aya Nakamura au Salon Gustave Eiffel à Paris