Actus

« Va à la niche » : Marine Le Pen minimise les insultes racistes dans Envoyé Spécial

"Va à la niche" : Marine Le Pen minimise les insultes racistes dans Envoyé Spécial

La diffusion d’un reportage d’Envoyé Spécial a suscité de vives réactions après la diffusion d’une séquence montrant Divine, une aide-soignante noire, insultée par des sympathisants du RN. Marine Le Pen a réagi à cette controverse dans une interview accordée à La Voix du Nord.

Montargis : une séquence choquante

Jeudi soir, l’émission Envoyé Spécial a diffusé un reportage intitulé « Dissolution, quelles solutions ? » visitant plusieurs villes françaises comme Bretheuil, Toulouse et Concarneau. Cependant, la séquence tournée à Montargis a particulièrement marqué les esprits : une aide-soignante noire, nommée Divine, y est victime d’insultes racistes de ses voisins, qui lui lancent notamment : « Va à la niche » et « On est chez nous ».


Ces propos ont immédiatement fait réagir les téléspectateurs et les acteurs politiques. Le parquet de Montargis a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire suite à cette diffusion.

Réactions politiques et sociales

L’affaire a provoqué une levée de boucliers, notamment de la part de la gauche. Olivier Faure, Premier secrétaire du PS, a dénoncé le racisme ordinaire encouragé par la montée du RN. Ces incidents ont également attiré l’attention médiatique et ont été largement discutés sur les réseaux sociaux.


La réponse de Marine Le Pen

Interrogée par La Voix du Nord, Marine Le Pen a réagi vivement aux accusations portées contre son parti. Elle a remis en question la nature raciste des propos « Va dans ta niche », les qualifiant de simples expressions de conflits de voisinage. Elle a également critiqué le traitement médiatique de l’émission, qu’elle accuse d’être « ultra-politisée à l’extrême gauche ».

Elle a aussi mentionné que la victime, Divine, serait une militante communiste avec des convictions suprémacistes panafricaines, citant un article du site d’extrême droite Boulevard Voltaire comme source de cette information.


Marine Le Pen a défendu son parti en affirmant que les électeurs ne peuvent pas être tenus responsables des comportements individuels, rejetant ainsi toute responsabilité collective du Rassemblement National dans ces comportements racistes. Elle a dénoncé ce qu’elle perçoit comme une instrumentalisation de l’affaire pour nuire à son image et à celle de son parti en période électorale.

Partagez :