Les révélations de Christophe Dechavanne sur son licenciement
Connect with us

Médias

Les révélations de Christophe Dechavanne sur son licenciement « inhumain » de TF1

Christophe Dechavanne partage l’expérience douloureuse de son départ de TF1, évoquant des propos « inhumains » de la part de son ancien patron.

Publié

le

Les révélations de Christophe Dechavanne sur son licenciement "inhumain" de TF1
×

C’est sur France 2 que Christophe Dechavanne a ouvert son cœur concernant son éviction de TF1, chaîne sur laquelle il a brillé pendant plus de trois décennies. Invité de l’émission « Un dimanche à la campagne », diffusée le 18 février, l’animateur est revenu sur les circonstances de son départ, décrivant une conversation avec Etienne Mougeotte, ex-patron de TF1, qui lui a conseillé de « se mettre au vert », insinuant que le public ne souhaitait plus le voir à l’antenne.

Dechavanne, connu pour avoir présenté des émissions cultes telles que « Ciel, mon mardi », « Coucou c’est nous ! », « La Ferme Célébrités », et « La roue de la fortune », a été confronté à cette dure réalité en 2021, marquant la fin de sa longue association avec la première chaîne française. Sa réaction à cette nouvelle a été de demander la présence d’un collègue lors de cette réunion cruciale pour témoigner de la conversation, une démarche qu’il qualifie d’ »inhumaine » face à l’insistance d’Etienne Mougeotte sur son départ inévitable.

Malgré cette épreuve, Dechavanne n’a pas laissé cet épisode définir sa carrière. Après un bref passage sur C8 où il a animé « À prendre ou à laisser », il a trouvé un nouveau foyer sur France 2, en devenant un invité régulier de Léa Salamé dans « Quelle époque ! », émission qui jouit d’une grande popularité. Son parcours illustre sa capacité à rebondir et à rester pertinent dans le paysage médiatique français, malgré les défis et les revers.

Publicité
Stéphane Larue
Nos réseaux :
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Instagram
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google News

Partagez cet article :
Publicité

Mais aussi

Send this to a friend