VIDÉO - VIDEO Covid : en colère, Fabrice Di Vizio estime que Emmanuel Macron « est un voyou, s’il veut me poursuivre, qu’il le fasse »

VIDEO Covid : en colère, Fabrice Di Vizio estime que Emmanuel Macron "est un voyou, s'il veut me poursuivre, qu'il le fasse"
A LIRE AUSSI

Suite aux annonces du premier ministre Jean Castex concernant la « suspension » du Pass Vaccinale à partir du 14 mars prochain, maître Fabrice Di Vizio a posté une vidéo où il explique est très en colère contre le chef de l’état Emmanuel Macron.

L’avocat explique : « Je me dois de revenir sur les déclarations du chef de l’Etat qui m’a mis hors de moi… Je n’ai jamais été autant en colère… si je résume, le pass vaccinal et donc suspendu, c’est à dire que concrètement, nous allons donc vivre encore sous la tension d’une possible restriction de nos libertés qui ne manquera pas d’intervenir et le tout sous un chantage vaccinal. Nous avons un Etat qui se comporte comme un voyou et nous avons un président de la République qui est un voyou et s’il veut me poursuivre qu’ils le fassent, ils se comportent comme un voyou, c’est très clair… quand on voit de qui il est entouré, ce n’est pas très étonnant. »


Il ajoute : « Nous allons aujourd’hui pénaliser des gens en situation de grande fragilité en raison de leur état de santé, en raison de l’état de santé de leurs proches. Nous allons les pénaliser, sauf à être vaccinés, et le, tout juste pour nourrir les intérêts des laboratoires car il est en effet notoire que la vaccination n’empêche pas la transmission, qu’elle ne protège pas la transmission, c’est un mensonge d’Etat auquel nous assistons dans l’indifférence la plus générale… c’est un scandale… les recours, nous allons continuer de les faire, ils ne passeront pas, mais c’est de ma responsabilité de les faire… je veux me regarder tous les matins dans un miroir et me dire que j’ai fait tout ce qui était possible de faire et que devant l’histoire, je n’ai aucune responsabilité. »

Et de continuer : « Mais il appartiendra, dès lors, à chacun de savoir ce qu’il peut faire. Moi, en tant que candidat à une élection législative ce que je ferai en tant que citoyen, j’appellerai à manifester maintenant, non plus, place Pierre Laroque, mais devant les hôpitaux… j’appellerai à manifester régionalement devant les hôpitaux dans le calme et dans la paix qui nous caractérise. Mais toujours mettre la pression, poursuivre systématiquement les médecins, les noyer sous les plaintes, justifier, j’entends, de façon à ce qu’ils viennent devant le Conseil de l’Ordre se demander d’expliquer que c’est normal d’avoir un pass sanitaire pour rentrer à l’hôpital et qu’ils le justifient. Cette pression, on va la maintenir, on va faire la guerre au bout du monde, on va restreindre encore la liberté des Français, tandis que les soignants ont encore été les grands oubliés… on n’en parle même plus des soignants. Il n’existe plus, réduit à néant, dans un état de suspension de non-droit. Horreur ! Mais ce n’est pas fini, je vous le garantis. »


A LIRE AUSSI

Nous vous proposons de regarder la vidéo ci-dessous.

Partagez :