in

L’humoriste Guy Bedos est mort à l’âge de 85 ans

L’humoriste, acteur et réalisateur qui tirait à boulets rouges sur le monde politique avec ses célèbres revues de presse, Guy Bedos, est mort à l’âge de 85 ans. C’est son fils Nicolas qui a annoncé la triste nouvelle sur Instagram.

Biographie (Wikipédia) : Arrière-petit-fils d’Alfred Letellier, Guy Bedos est le fils d’Alfred Bedos, visiteur médical, et d’Hildeberte Verdier, fille du proviseur du lycée Bugeaud à Alger (l’actuel lycée Émir Abd el-Kader), où il a été élève. Ses parents s’étant séparés, il est ballotté de maison en hôtel, entre Kouba, où il est mis en pension à l’âge de sept ans chez Finouche, qui lui sert d’institutrice, Souk Ahras et Constantine.

Il est scolarisé à treize ans au lycée public Saint-Augustin de Bône (aujourd’hui Annaba). Selon son autobiographie Mémoires d’outre-mère, ses mauvais rapports avec sa mère et son beau-père (ouvrier, puis patron d’une scierie avec lequel Hildeberte s’est remariée) lui rendent la vie difficile : son beau-père bat sa mère, qui bat son fils en retour.

Il y raconte aussi que c’est son beau-père, raciste et antisémite, et sa mère, maréchaliste, qui lui ont donné sa conscience politique humaniste. Il révèle également qu’il présentait à cette époque des troubles obsessionnels compulsifs (par exemple il lui arrivait de monter et de descendre plusieurs fois dans la journée les escaliers un journal à la main).

C’est son oncle Jacques Bedos, qui a travaillé à Radio Alger avant d’entrer à l’ORTF à Paris, qui est à l’origine de sa vocation d’artiste.

Arrivé à Paris en juin 1949 avec ses parents et ses deux demi-sœurs jumelles, il quitte la maison familiale de Rueil-Malmaison en février 1950 et vit de la vente de livres, pratiquant le porte à porte. À l’âge de 17 ans, il entre à l’école de la rue Blanche, y apprend le théâtre classique et signe sa première mise en scène à 17 ans et demi : il s’agit de la pièce de Marivaux Arlequin poli par l’amour.

Il joue au théâtre mais aussi dans les cabarets, comme La Fontaine des Quatre-Saisons, où il est engagé par François Billetdoux, quand Jacques Prévert, qui lui trouve des talents d’écriture, l’incite à écrire des sketches. Il y interprète son premier sketch, signé par Jacques Chazot, La Galerie 55.

En 1954, il fait sa première apparition au cinéma dans Futures Vedettes de Marc Allégret et a la télévision sur la RTF Télévision en 1956.

Devant accomplir son service militaire durant la guerre d’Algérie, il fait la grève de la faim et réussit à être réformé pour maladie mentale.

Édouard Philippe devrait annoncer la fin de la règle des 100 km, disparition du rouge sur la carte, réouverture des terrasses et restaurants selon France Inter

Voici le nombre de joueurs de la bêta fermée de Valorant