in

Le réalisateur Italien Franco Zeffirelli est mort

Franco Zeffirelli est mort ce samedi 15 juin à Rome à l’âge de 96 ans. Il était réalisateur, scénariste et producteur italien. Il « s’est éteint sereinement après une longue maladie, qui s’était aggravée ces derniers mois », indiquent les médias italiens en citant des sources familiales du cinéaste.

En 1967, Franco Zeffirelli réalise une adaptation cinématographique de la pièce de Shakespeare La Mégère apprivoisée mettant en vedette Elizabeth Taylor et Richard Burton.

Pendant les années 1970, il dirige deux films d’inspiration religieuse : François et le Chemin du soleil (sur la vie de saint François d’Assise) avec Graham Faulkner et la mini-série Jésus de Nazareth dans laquelle l’acteur anglais Robert Powell interprète le rôle-titre au sein d’une distribution particulièrement imposante (Laurence Olivier, Rod Steiger, Christopher Plummer entre autres).

Quand le cinéaste Martin Scorsese traitera le même sujet dans La Dernière Tentation du Christ, Zeffirelli prendra position sur le mode polémique contre le film de son confrère américain, le qualifiant de « pur produit de la chienlit culturelle juive de Los Angeles qui guette la moindre occasion de s’attaquer au monde chrétien ».

À la fin des années 1970 il se rend aux États-Unis où il réalise Le Champion et Un amour infini, deux mélodrames froidement reçus par la critique.

Pendant les années 1980, il dirige des opéras filmés comme La Traviata en 1982 et Othello en 1986. Il revient à Shakespeare en 1990 avec une version de Hamlet mettant en vedette Mel Gibson dans le rôle-titre et Helena Bonham Carter en Ophélie.

Il tourne en fin de carrière Un thé avec Mussolini, film largement autobiographique sur son enfance à Florence ; une nouvelle version cinématographique de Jane Eyre, d’après le roman de Charlotte Brontë, avec Charlotte Gainsbourg dans le rôle-titre, et enfin le film biographique Callas Forever avec Fanny Ardant.

« La chanson de l’année » sur TF1, animée par Nikos Aliagas c’est ce soir sur TF1

Jimmy Mohamed (TPMP) : « Je ne comprends pas pourquoi on encense autant Camille Combal »