in

Pourquoi l’article 13 fait trembler Youtube à cause du Parlement Européen ?

La directive sur les droits d’auteur approuvée par le parlement Européen, au mois de septembre dernier, est l’un des sujets les plus commentés dans le monde des vidéastes et des utilisateurs (nous tous) sur Youtube et il y a de quoi puisque l’avenir de Youtube et des réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Dailymotion etc…) pourrait très fortement changer en Europe si rien n’est fait d’ici le mois de janvier.

Nous allons essayer d’être le plus clair et simple possible car tout cela est assez compliqué, nous vous parlerons, donc de l’essentiel en prenant l’exemple de Youtube mais cela s’entend également a tous les acteurs du web.

Si vous avez peu vu d’articles sur l’article 13 sur des médias connus, c’est parce que cette nouvelle directive est aussi approuvée et appuyée avec force par les grands groupes dont ils font partie (ils ne sont pas nombreux) et forcément ils ne vont pas en faire état aussi facilement qu’une actu média ou people, c’est aussi pour cela que le monde du web se prend en main.

L’ARTICLE 13, C’EST QUOI ? 

Au titre de la directive sur le droit d’auteur, l’article 13 oblige les services de partage vidéo et audio de  mettre en place un système permettant de filtrer automatiquement les contenus protégés mais pas comme le fait Youtube en ce moment avec le « Content ID » après que les vidéos soient uploadées mais en amont !

En gros, l’article 13 prévoit que Youtube soit obligé de détecter si les contenus sont protégés par les droits d’auteur au moment où le vidéaste (petit ou gros) envoie sa vidéo sur la plateforme.

Le problème c’est que la patronne de Youtube, Susan Wojcicki, explique qu’il est impossible de détecter cela automatiquement car 400 heures de vidéos sont publiées chaque minute sur sa plateforme et cela demanderait des moyens considérables et, le système de Content ID, qui avait justement été mis en place à l’approche de l’article 13, n’est pas suffisant.

ET C’EST ENCORE PLUS COMPLEXE

Dans une tribune libre Susan Wojcicki prend un exemple concret avec le célèbre clip « Despacito » de Luis Fonsi: « Cette vidéo contient de multiples éléments relevant du droit d’auteur, allant des droits sur l’enregistrement aux droits éditoriaux. Bien que YouTube ait conclu des accords avec de nombreuses entités pour la rémunération de cette vidéo, l’identité des détenteurs de certains droits reste inconnue. Cette incertitude pourrait nous obliger à bloquer les vidéos de ce type afin d’éviter tout manquement au titre de l’article 13. À l’échelle de YouTube, où plus de 400 heures de vidéos sont mises en ligne par minute, les obligations financières potentielles sont si vastes qu’aucune entreprise ne pourrait prendre un tel risque ».

LES CONSÉQUENCES 

Youtube sera obligé de supprimer un nombre incalculable de contenus si la société américaine veut être en conformité avec l’article 13 en Europe. Il ne resterait que sur la plateforme les plus gros Youtubeurs qui auront réussi à négocier la diffusion avec des ayants droit, mais aussi les chaînes de télévision qui ont forcément les moyens mais aussi des clips du type VEVO…

Bref les petits et moyens Youtubeurs risquent de ne plus pouvoir travailler comme ils le font aujourd’hui sauf s’ils se mettent, eux aussi en conformité avec les droits d’auteur ou alors utiliser des musiques de libre de droits, par exemple.

Mais cela n’est pas valable que pour la musique mais aussi pour les extraits de films, pubs, marques en tous genres puisque cela touche TOUT, même la Tour-Eiffel ! Nous risquons de voir disparaître les Youtubeurs spécialisé dans les parodies, Covers, critiques de films etc.

Mais aussi ce qui est visible derrière les Youtubeurs car une figurine posée sur une étagère, un tee-shirt avec une marque etc. devra être supprimé et forcément interdiction de prononcer le nom d’une marque… délirant…

En gros les Youtubeur, s’ils veulent être en conformité, devraient se retrouver devant leur caméra avec un fond blanc sans musique, sans extrait vidéo et surtout faire très attention à ce qu’ils disent….

La conséquence se sera aussi l’emploi comme l’explique la patronne de Youtube : « L’article 13 menace des centaines de milliers d’emplois, de créateurs européens, d’entreprises, d’artistes et tous leurs employés. La proposition forcera les plateformes, comme YouTube, à donner la priorité au contenu d’un petit nombre de grandes entreprises. Le fardeau de la preuve du droit d’auteur sera trop lourd pour la plupart des créateurs indépendants. »

UNE SOLUTION ?

La patronne de Youtube appelle à se révolter avec le hashtag #SaveYourInternet en demandant au vidéastes, petits ou gros, de créer une vidéo pour expliquer ce qui se passe et de rejoindre le mouvement Save Your Internet. Il y a surtout une pétition de protestation qui a atteint 2 millions 300 000 signatures ce lundi 19 novembre 2018 qui a pour but de faire entendre de désaccord au Parlement Européen pour qu’il y ait des discussions et surtout moins de restrictions avant que la nouvelle directive entre en vigueur au mois de janvier 2019 et c’est très bientôt.

Énorme démarrage pour le clip de Kamil feat Brasco avec « T’en va pas »

La biographie « Florent Pagny, l’homme qui marche » est disponible