Didier Lallement estime que la police n’est « ni violente, ni raciste » à Paris

A LIRE AUSSI

Alors que des émeutes se multiplient aux États-Unis après la mort de George Floyd lord d’une interpellation, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, adresse son soutien aux policiers et estime que la police n’est « ni violente, ni raciste » selon une information de Mediapart confirmée par la préfecture de police.

Le Prefet écrit : « Je sais la peine qui est la vôtre devant les accusations de violence et de racisme, répétées à l’infini par des réseaux sociaux et certains groupes d’activistes… Pour les citoyens français que nous sommes, une accusation ne suffit pas à faire une vérité. La police de l’agglomération parisienne n’est ni violente ni raciste : elle agit dans le cadre du droit pour la liberté de tous.« 

Il ajoute : « Je ne laisserai pas salir une institution dont le rôle dans les grands moments de l’histoire de ce pays a été essentiel. Il n’y a pas de race dans la police, pas plus que de racisés ou d’oppresseurs racistes. Il y a des fonctionnaires qui s’engagent pour la liberté, l’égalité et la fraternité et cela au quotidien ! »

A LIRE AUSSI


Et d’assurer : « Si certains d’entre nous faillissent dans l’exigence d’impartialité et d’excellence qui est la nôtre, ils seront sanctionnés comme ils l’ont été à ce jour. » Mais je n’accepterai pas que quelques actions individuelles remettent en question le rempart républicain que nous sommes contre la délinquance et ceux qui rêvent de chaos et d’anarchie

Partagez :