Dans sa tribune sur son site internet, Manon Laporte, déléguée spéciale pour la région Ile-de-France à l’éducation Artistique et Culturelle dans les Lycées, donne ton sur l’influence de la télé-réalité auprès des jeunes :

“Particulièrement fier de sa “punchline”, le chroniqueur Jeremstar la réitère à plusieurs reprises dans son nouveau livre et dans les médias. “Aujourd’hui, quand on a fait des études et qu’on a un bagage culturel, on est forcément une erreur de casting dans ce milieu. En général, les candidats intelligents ne perdurent pas dans la téléréalité. Ils sont rapidement éjectés par les productions puisque, forcément, ils ne sont pas manipulables.””

En citant Jeremstar, elle explique à quel point la télé-réalité peut être dangereuse et sur ce point elle rejoint ce que dit le blogueur, qui s’est fait connaître nu sur les plateaux de télévision et interviews dans des baignoires, sauf qu’elle ne crache pas dans la soupe, elle, parce que c’est une partie de sa mission, que la télé-réalité n’est pas son quotidien et que chaque mot qu’elle dit est important et posé.

Dans sa tribune, Manon Laporte se demande quel est l’intérêt pour les candidats de télé-réalité (et des chaînes de télévision) de manipuler, harceler, se démolir les uns les autres, dans le seul but de faire de l’audience.

Alors, nous le savons tous, ce n’est pas QUE pour l’audience, mais aussi pour l’appât du gain, la reconnaissance que ces candidats n’auraient pas eue dans la vie normale et surtout continué à travailler dans ce milieu et enchaîner les émissions de téléréalité comme s’il s’agissait d’un vrai métier où il ne manquerait plus qu’un diplôme !

Manon Laporte a étudié ce phénomène de société qui n’est plus du tout ce qu’il était lorsque “Loft Story” a lancé ce genre de télévision. Les candidats ont grandi avec la téléréalité, l’ont modifié tout en apprenant les codes dictés par les productions, jusqu’à les manipuler eux-mêmes.

Dans sa tribune, Manon Laporte rapporte : 

“Une conversation avec l’un de leurs agents suffit pour comprendre de quelle violence et de quelle souffrance morale ils sont victimes. Boulimie, toxicomanie, pulsions suicidaires ou criminelles, voilà leur face cachée, si savamment étouffée à l’écran. Voilà ce que devraient savoir les jeunes qui suivent leurs petites histoires et voudraient leur ressembler: non, il ne suffit pas d’être jeune, beau, méchant et de dire des bêtises à la télévision pour être heureux et riche.”

Manon Laporte explique, également, que les candidats de téléréalité sont surtout des hommes ou femmes-sandwiches sur les réseaux sociaux avec les fameux placements de produits :


“Depuis 2015 et l’apparition dans le système des “apporteurs d’affaires”, dont l’entreprise Shauna Event’s représente à elle seule 80 à 90% des parts de marché et dont le régime juridique et fiscal suscite quelques interrogations, c’est leur image tout entière –et donc leur vie et leur liberté– qui est contrôlée par les marques et le merchandising.”

Le souci n’est pas forcément l’idée de faire de la publicité et de gagner de l’argent mais le problème ce sont certains ces produits qui sont mis en avant :

“La machine s’est emballée, et désormais, coupe-faim, produits blanchissants pour les dents, boissons protéinées, thé détox interdits aux moins de 16 ans, ou encore compléments alimentaires et même paris sportifs interdits aux moins de 18 ans, deviennent les must have de tout fan qui se respecte, et même des autres, car il devient impossible dans certains lycées de ne pas prendre parti pour tel ou tel candidat, et de ne pas céder à la tentation de ces produits, pour la plupart contre-indiqués chez des sujets si jeunes –mais quel jeune prend connaissance des contre-indications quand il s’agit d’être à la mode?”

Manon Laporte met, également, le doigt sur une chose essentielle : le rapport entre les stars de la téléréalité et les fans parce que tout a changé :

“La majorité d’entre eux adoreraient dialoguer avec leurs fans, les apporteurs d’affaires les contraignent en effet à monnayer photos et autographes, à ne pas répondre à qui que ce soit sans le faire payer au préalable, et leur interdisent de faire du bénévolat auprès d’associations caritatives qui pourraient bénéficier de leur image. Ils les gardent prisonniers de leur contrat “tout pour l’argent”, et leur ferment ainsi presque toutes les portes sur le plan professionnel; comment s’étonner ensuite que beaucoup d’entre eux en viennent à se détester.”

Sur ce point, Manon Laporte n’a pas tort, cela fait combien de temps que vous n’avez pas vu un candidat de téléréalité supporter une association alors que beaucoup le faisaient avant ? En cette fin d’année 2017, ces nouvelles stars de la téléréalité seraient-elles victimes de ces sociétés qui, au-delà, de gérer leur compte en banque, gère aussi leur image au point qu’ils ne peuvent même plus rien décider ?

Bref, la télé-réalité n’est ni un métier, ni la vraie vie ! Le mot “réalité”, devrait être tout simplement être… enlevé et même sur les histoires, engueulades etc… que vous voyez sur les réseaux sociaux, il ne s’agit, pour la plupart, que de “belles histoires” (ou pas) que beaucoup de candidats racontent pour… le buzz et espérer continuer à exister pour signer pour une prochaine émission de télé-réalité mais aussi pouvoir continuer à faire les “fameux” placements de produits !

Le site de Manon Laporte : manonlaporte.com

8 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here